Souvenir de Paris

"Les artistes nous ramènent dans la France des XIXème et XXème siècles avec un répertoire de musique sacrée pour voix et orgue très peu connu (...).  Le disque contient des découvertes intéressantes et mérite qu'on s'y attarde."

Robert Poliquin, revue "Mixtures", no 31, nov. 2009

 

 

Stéphanie Pothier

Denis Gagné

 

Programme / Program

 

Voix et orgue / Voice and organ

 

Théodore Dubois : O vos omnes (Sept paroles du Christ) 

Gabriel Fauré : Pie Jesu (Requiem op. 48)

César Franck : Panis Angelicus (Messe solennelle op.12) 

César Franck : Tantum ergo

Charles Gounod : Repentir 

Charles Gounod : Ave Maria

Jean Langlais : Ave Verum (Trois Prières op. 65)

Gaston Litaize : Je vous salue Marie (Trois Prières) 

Francis Poulenc : Priez pour paix (F.P. 95) 

Camille Saint-Saëns : Ave Maria

Louis Vierne : Au soir (Angélus op. 57)

 

Orgue seul / solo organ

Léon Boëllmann : Prière à Notre-Dame (Suite gothique op.25)

César Franck : Choral no 3 en la mineur FWV40 

Jean Langlais : Salve Regina (24 Pièces pour orgue op.10)

Jean Langlais : Prélude (Suite médievale op. 56) 

Gaston Litaize : Prélude XX (24 Préludes liturgiques)

Antoine Reboulot : Ave maris Stella


 

Souvenirs de Paris regroupe des oeuvres de compositeurs ayant passé la majeure partie de leur carrière dans cette ville aux 19e et 20e siècles.  Passionnés par le répertoire français de cette période, Stéphanie Pothier et Denis Gagné ont déjà présenté ce programme en concert dans plusieurs ville du Québec: Montréal, Longueuil, North Hatley, Sainte-Agathe-des-Monts, Chicoutimi (Concerts d’été de la Cathédrale) et à l’automne 2009 au Festival Orgue et Couleurs de Montréal.


La seconde moitié du 19e siècle constitue une véritable renaissance pour l’orgue en France et marque le début de l’ère romantique et symphonique de cet instrument.  Le facteur d’orgue Aristide Cavaillé-Coll et la nouvelle génération d’organistes, dont César Franck et Léon Boëllmann, lui redonnent un nouveau prestige.  L’orgue se fraie même un chemin jusqu’à l’Opéra, alors centre de la vie artistique de Paris: il y est quasiment obligatoire d’inclure une “scène d’orgue” dans les oeuvres.  Inversement, le style dramatique est aussi introduit dans la musique religieuse.  Certains airs sacrés deviennent de véritables airs d’opéra !  Suite à cette période faste, le 20e siècle consolide l’importance de l’école française d’orgue avec des compositeurs tels Louis Vierne, Jean Langlais et Gaston Litaize.  Néo-symphonistes, postromantiques, impressionnistes: peu importe l’étiquette que l’on appose à ces compositeurs, leurs oeuvres se distinguent par la recherche harmonique, la multiplicité des timbres et le kaléïdoscope de couleurs.